samedi 19 septembre 2020

A Tes Jolies Petons

Je suis comme une passion et qui n'en finira pas

J'archive les photos perdu est ce que ça continuera ?

Mais qui nous a fait croire que j' y n'arriverait pas
Je ne donnai pas cher de ma peau je ne donnais pas cher de moi



Est-ce-que tu te souviendras?
Est-ce-que tu voudras?
Comme hier à t' laisser faire opportune découvrant le haut
De tes jolies petons


À la vie, à y croire
À tes jolies petons
Sentir sa peau, sentir son souffle
Delecter que le beau
Tu es la fille, je suis le garçon
A tes jolies petons
Oh oh oh oh, oh


J'étais passionné avant, tout seul mais usant
Un forum entier s'offrait tout les jours face à moi
Alors j'ai décidé de ne voir que les tiens
Il y aura certainement des moments où j'y retournerais pour voir


Nous y arriveront pas
À nous délaisser
Moi je toucherais encore, encore et jusqu'à ma mort
Tes jolies talons

Oh oh oh oh, oh



À la vie, à y croire
À tes jolies petons
Sentir sa peau, sentir son souffle
À ne garder que le beau
Je suis la fille, je suis le garçon
A tes jolies petons
Oh oh oh oh, oh


À la vie, à y croire
À tes jolies petons
Sentir sa peau, sentir son souffle
À ne garder que le beau
Je suis la fille, je suis le garçon
A tes jolies petons
Oh oh oh oh, oh


A TES JOLIES PETONS

dimanche 14 avril 2019

Evidemment

Y a comme un goût salé au bout
Comme une envie de gouter à tout
Et cette envie qui nous suit partout
Y a des instants qui disent beaucoup
Plus que tous les mots qu'on avoue
Et toutes ces visions
Qui ne tiennent pas debout

Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les abords
Qu'on aimait tant

Évidemment
Évidemment
On vie encore
On s’convoitise
Comme des amants
Et sans faux semblant

Ses pieds dans ses sandales rendent fou
Ils nous intriguent, nous mettent à genoux
Comme un éclair ils brillent partout
On aimerait les avoirs sur nous
Les voir échancrés surtout
Qui s’appuis bien
Qui s’appui partout
Évidemment
Évidemment
On danse encore
Sur les abords
Qu'on aimait tant


Évidemment
Évidemment
On vie encore
On s’convoitise
Comme des amants
Et sans faux semblant
Sans faux semblant






mercredi 3 octobre 2018

Elle Ne Change Pas

Elle ne change pas

Elle met juste des talons des sandales sur soi

Elle ne change pas

Des collants ou des bas ne cachent qu'un peu de ce qu'on voit

Elle ne grandit pas

Elle pousse un peu, tout juste

Le temps d'un rêve, d'un songe

Et les toucher du doigt
Mais Elle n'oublie pas

La femme qui reste, presque nue

Les instants d'innocence

Quand elle ne savait pas
 Elle ne change pas

Elle attrape des airs et des poses qui laissent sans voix

Elle ne change pas

Elle se donne pour son homme

Qui lui retire ses bas

Si j’mets ma main là

Toute frêle elle se déhanche

Telle une dominante qui arpente mon corps d’haut en bas
 On l'entend parfois

Sa voix douce et charmante

Qui s’entête et qui répète

Continu comme ça
Elle n'oublie jamais

Elle a toujours un geste

Qui trahit ce qu'elle est
 
Apprécier s’y soumettre

Sous la couette un regard

Une arrogance, un trait

J’apprécie, m’y soumets

Je sais tellement ça

J'ai copié des images

Et des rêves que j'avais

Tous ces milliers de rêves

Mais si près de moi

Ma petite femme que j’aime

Me caresse tout en douceur

Et me parle tout bas
On ne change pas, on met juste

Les chaussures de saison et voilà

On ne change pas, on dévoile

Qu'un instant de soi
Une petite femme

Mignonne et solitaire marche

Et rêve dans les neiges

En oubliant le froid
Si elle les habille

Ils disparaissent un peu,

Le temps de te regarder faire

Et se moquer de toi
Une petite femme

Une toute petite femme

Une toute petite femme

Une toute petite femme

vendredi 3 novembre 2017

Mes Precieux

La douceur de tes pieds me réveille chaque matin
Avant même de me lever je les prends tout deux par la main
Puis on se caresse le visage pour voir si tout va bien
Tellement inséparable qu'on se câline tout les matins
Pendant le petit déjeuner j’regarde ton vernis
En voiture mes yeux les regardes donc quelques feux je grille
Au boulot j’y pense tellement que des dossiers j'oublie
Au dîner il se balance devant mes yeux tout ébahis, baby 

 
Tu me partage tes pieds et ca me fais vivre
De ma passion tu prends gout à me divertir
Je regarde plus le ciel depuis que tu m'les mets, tes pieds sous mon nez, baby
J’aime vivre avec toi, à tes cotés
Mes pensées sur leur effet me font rêver vous mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux


Tu me les donnes et commence à me caresser
Je perds la tête, comment puis-je les refuser, vous mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux


Ton coté secrétaire, me donne des palpitations
Tu agites mes neurones grâce à tes jolies petons
Ce besoin que j’ai de jouer plus qu’il n’en faut
Pour leur prouver que je les aime, je les prends souvent en photos
Chaussé nu en extérieur ils ont vraiment fier allure
J’aime alimenter mon blog pour qu’mon univers perdure
J'fais plus de fautes d'orthographe depuis que tu me corrige
Mes mains n’y arrive pas, ils préfèrent jouer avec toi, baby
 


Tu me partage tes pieds et ca me fais vivre
De ma passion tu prends gout à me divertir
Je regarde plus le ciel depuis que tu m'les mets, tes pieds sous mon nez, baby
J’aime vivre avec toi, à tes cotés
Mes pensées sur leur effet me font rêver vous mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux
 


Tu me les donnes et commence à me caresser
Je perds la tête, comment puis-je les refuser, vous mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux 
 


Mais là je deviens fou
J'ai l'impression que mon pouls ralenti
J'ai plus de repères, je suis perdu
Depuis que tu n'as plus de vernis
 


Ohhh-oh Ohhh-oh Ohhh-oh Ohhh-oh Ohhh-oh Ohhh-oh Ohhh-oh Ohhh-oh

 
 Mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux
Mes précieux, mes précieux, mes précieux
 


Vous avez 39 paires de chaussures
Vous avez des soldes qui arrivent
Vous avez de la place dans votre penderie
Votre vie est fétichiste lol

lundi 1 mai 2017

Ballade Ouest Nantaise

  J'ai voulu r’garder tes plantes de pied
Là où tes petons marcheront jamais
Là où mes yeux sont jamais allés
Que des regards éparpillés

A la Chantrerie ma bien aimée
Le long de l’Erdre nous avons vogué
Dans cette faune que tu piétinais
J’immortalise tes jolies pieds 
 
Buvons un verre, allons jouer
Pas un instant je les lâcherais
Devant mes yeux t’en de beauté
Ton jolie dangling me fait rêver
 
 Jambes fabuleuses douceur d’été
Je fais ce choix de les contempler
Je prend plaisir à photographié
De tout ton corps je suis passionné
 
  Je voulais r’garder tes jolies pieds
Là où mes mains sont jamais allé
Ils sont vernis je les ai lécher
Les fruits sucrés de ma liberté