dimanche 24 juillet 2016

Montagne et Pieds éternelle / Mountain and eternal Feet



Sur les sentiers frappés par des pas répétés,
Une ombre se glisse, légère et au joli pied.
Seule dans la clarté par la nature éclairée,
Je compte les années qui nous ont séparées.

Ici nous serons heureux ; les bois rient à nos jeux ;
Sous les pins embrumés, tes petons s’attardaient.
Nous leur montrons notre amour à chacun de nos séjours ;
"J'irai où tu iras"! Disons nous d'une seule voix
Remplie d'éternité, à nos causes vouées.

Il y a ici encore tant de ces choses que le temps
N'est capable d'effacer, ni de faire oublier. 


 La montagne en échos crie nos noms, chante nos mots;
Elle n’à point oublié ces sombre voix du passé
Qui se lièrent à jamais dans ce temple déserté ;
A la pointe de l'aurore elles résonnent encore
De la vallée livide jusqu'aux crêtes arides.
Au lever du soleil, un sourire s’émerveille
Il attend en silence les aveux d'une candide.

 Si aujourd'hui tu es la, c'est que la vie bat
A briser nos chaines ; toi et moi, égarée chez les vivants,
Suspendue à la vie sereine, je ne me lasse pas de te dire je t’aime ;
Et armée de tout notre courage, nous commençons nos voyages,
Lorsque étendus sur notre lit de foi, le fétichisme véritable nous réveillera.